Elle s’est assise à la table en face de lui, ses longues jambes exposées à mi-hauteur de sa cuisse. Elle était une femme mûre, cinquante-quatre ans, cinquante-cinq ans peut-être, mais en une excellente forme physique, et des jambes superbes. Elle a commandé une tasse de thé et a ensuite souri à travers le est à lui.

Il a levé les yeux quand il a entendu le clic de sa Elle s’est approchée de sa table en faisant des talons.

“S’il vous plaît, ne me jugez pas trop direct, mais je déteste simplement assis seul pour prendre le thé, cela vous dérangerait-il terriblement si je s’est assis ici et a discuté avec vous ?”

C’était une femme extrêmement séduisante avec une agréable sourire et Tom n’y voyait aucun mal. “Par tous signifie s’il vous plaît, j’aimerais avoir un peu de compagnie moi-même et comprendre”, dit-il en souriant à son visage amical.

C’était en fait une femme à la poitrine pleine très attirante, taille fine, hanches évasées, jambes bien musclées et toniques. Son visage était belle et elle avait une élégance générale c’était très désarmant.

“Samantha Parks… très heureuse de vous rencontrer, monsieur. Tout le monde m’appelle Sam et c’est bon, je ne attention au surnom”, lui dit-elle en lui serrant la main vigoureusement.

“Thomas Bray est très heureux de faire votre connaissance Sam”, lui dit-il avec un sourire.

Samantha a ouvert avec le temps et a tout couvert de Dieu au baseball, et étrangement Tom était très intéressé par tout ce qu’elle avait à dire. Il n’a pas ajouté à la conversation dont il n’avait pas besoin, ou plutôt n’a jamais eu cette chance, ce qui était tout aussi bien, *il* pas étant lui-même un grand conversant.

Elle souriait souvent en parlant en le touchant au bras occasionnellement. À un moment donné, en traversant la table pour tamponner le coin de sa bouche avec son foulard, que l’avait fait sourire intérieurement.

D’après ce qu’il a appris, elle était de près de vingt ans son son mari s’était enfui avec son cadet secrétaire il y a quelques années, et elle n’avait pas d’enfants. Elle était gracieux et enchanteur et Tom se sentait irrésistiblement attirée par son charme inné.

Elle s’est arrêtée aussi soudainement qu’elle avait commencé, “Oh mon, je suis si Désolé de ne pas avoir voulu continuer ainsi, vous devez penser Je suis une terrible commère”, dit-elle, soudain très timide et rougissant, tandis que ses yeux regardaient ailleurs en évitant les siens.

“Oh non Sam, je pourrais rester assise ici et t’écouter pendant des jours et ne vous ennuyez pas, vous êtes une personne très intéressante et vous tenez très bien une conversation”, lui a-t-il dit, en lui tendant la main pour la caresser.

Elle lui avait ensuite souri, comme si elle doutait la sincérité de sa déclaration, mais il a dit : “J’ai beaucoup meilleur mélange que celui-ci à la maison, voudriez-vous venir chez moi et me laisser vous préparer une tasse ?” lui demanda-t-elle.

Tom n’avait pas d’affaire urgente ce samedi de toute façon, et a décidé d’aller prendre le thé avec Sam, et se faire un nouvel ami. “J’en serais ravi”, lui dit-il.

Elle lui a pris la main et l’a serrée dans son excitation et Tom pouvait facilement voir qu’il l’avait rendue très heureuse en en acceptant son invitation. “Dans ce cas, je suis prêt de partir maintenant, et toi Thomas ?”

Il lui a souri et s’est ensuite levé, lui prenant la main il a aidé à sortir de sa chaise, et le fait de ramasser son sac a fait prêt à partir. Puis, il lui est apparu étrange qu’il ne puisse pas se souvenir d’un seul sujet de son long dialogue.

Tom s’est surpris à observer le doux balancement de ses fesses alors qu’elle passait la porte devant lui, comme ils ont fait leur sortie du café. Une fois dehors se dirigeant vers sa voiture, il a continué à la reluquer de près derrière et des jambes bien toniques lorsqu’elle se déplaçait. Ce n’était pas un mouvement énergique et dur, plutôt un rythme sensuel lent mais toujours dans l’ensemble, très séduisante.

Samantha s’arrêta soudainement devant lui et se tourna le regardant par-dessus son épaule avec un sourire. Cela avait surpris Tom, car il ne savait pas vraiment ce qu’il faut en faire.

Elle lui a donné des indications lorsqu’ils se sont mis à l’ouvrage dans la berline ; ce n’était pas vraiment très loin. Elle était parler à nouveau, mais Tom n’écoutait pas vraiment de près, alors que ses yeux étaient attirés par la façon dont elle Une fine robe était posée entre ses jambes.

Elles étaient légèrement écartées et il pouvait voir clairement le de son tertre fortement délimité par la perte tissu ; ses cuisses magnifiquement façonnées étaient Elle est également mise en valeur de façon spectaculaire.

À cet instant, Sam s’est arrêté dans la conversation pour regarder et lui montrer le même sourire qu’elle lui avait elle s’est arrêtée sur le trottoir devant le café. Mais cette fois-ci, elle s’est penchée et a touché son et il y avait une certaine agitation en lui alors qu’il s’est retrouvé à fantasmer sur son apparence comme un nu.

Tom se réprimandait mentalement pour son insidieux Il se demandait : “Mon dieu, il a pensé, elle est assez vieille d’être votre mère (bien presque assez âgée) peu importe Il s’est dit “qu’elle est très attirante” !

Cela n’a pas aidé longtemps, car elle s’est instantanément détachée et a traversé le siège plus près de lui, sa cuisse en contact avec sa jambe extérieure remplissant son corps de son de la chaleur et en mettant un renflement entre ses jambes. Il ne faut pas mentionner que son ourlet était un peu plus haut maintenant, et un une grande partie de sa cuisse bien formée a été exposée.

Il a été soulagé lorsqu’ils sont finalement arrivés chez Sam’s résidence ; Tom est sorti et s’est approché pour ouvrir la porte pour elle et l’aider à sortir. Elle a gracieusement pivotant dans le siège en faisant sortir ses jambes par la porte, son l’ourlet est assez haut pour exposer momentanément son écarlate culotte de satin à ses yeux maintenant affamés et très curieux.

Avant de sortir, elle l’a regardé avec ce sourire de la sienne, une fois debout, elle est passée devant lui frôlant son bras avec le côté de sa poitrine ferme. Tom a fermé la porte et a secoué le chaud frisson qui avait a roulé à travers son corps quand elle est passée.

“Follow me Mr. Bray”, sa voix chaude et invitante comme elle a parlé.

Une fois de plus, clic-clic-clic, alors que son Le fond de l’eau dansait de façon exotique devant ses yeux voraces.

Étrangement, une fois à l’intérieur, il s’est trouvé très fortement attirée à nouveau par elle et le gonflement entre ses jambes à sa simple présence. Elle lui a souri, en entrant très proche et le bout de ses doigts a légèrement touché son joue. Il n’y a pas eu d’erreur dans son regard quand elle l’a touché cette fois-là, et Tom, plus âgé ou non, a senti lui-même en remuant sous sa boucle de ceinture avec le sensation de son toucher délicatement chaud.

Glissant son bras dans le sien alors qu’elle se déplaçait vers son côté elle lui a demandé timidement : “Voudriez-vous voir le reste de la maison Thomas ?”

L’attention de Tom était momentanément rivée sur la douce chaleur de sa hanche incurvée contre lui, alors que son gonflement était à nouveau agité par sa proximité.

“Oui, je pense que je le ferais Sam”, a-t-il finalement répondu, s’éloignant des images torrides et vaporeuses de elle parcourant son esprit à ce moment précis.

Samantha ne s’éloigna jamais de lui alors qu’elle le guidait à travers sa maison, soit sa main ou sa hanche toujours en contact suggestif avec son corps à un moment donné. Lorsqu’elle l’a conduit dans sa chambre du deuxième étage, elle l’a immédiatement guidé vers les doubles portes coulissantes qui conduisait au pont de la rambarde au-delà.

Debout derrière lui, elle chuchote : “C’est là que je travailler sur mon bronzage en été Tom et finir ces durs les zones blanches que le salon de bronzage crée toujours”. Son la voix s’est enroulée autour de lui en le caressant séduisante, alors que les images de sa nudité sous le soleil dansait de façon obscène à travers son imagination.

Samantha se rapprochait alors, et Tom pouvait sentir la chaleur à la jonction de ses cuisses le pressent à la côté de sa jambe. Un seul, terrifiant, bien soigné un ongle a tracé la ligne de sa mâchoire alors qu’il tremblait légèrement avec ses mouvements.

Il se retourna rapidement sans réfléchir et pressa son lèvres à la sienne, ses mains trouvant la fermeté seins à travers le tissu fin de son exotisme robe lisse. Alors qu’elle pressait la chaleur de son monticule contre sa raideur bombée, les doigts de Tom ont découvert le tissu chaud et ferme de ses mamelons.

Le corps de Sam s’est cambré contre lui comme le plaisir de son toucher ses seins tirés à travers sa psyché délicate titillant tout le domaine de sa conscience. Son la langue a doucement tracé le sceau de ses lèvres, en demandant sa bouche pour entrer dans ses trésors cachés.

Comme un agent entraîné qui envahit le territoire de ses ennemis sa langue a facilement glissé sur la sécurité de ses lèvres et des dents pour prendre possession de son prix. Elle a continué ses mouvements fiévreux contre son bassin alors que sa langue a lutté avec et a agréablement maîtrisé le de sa propre force. Ce fut une courte bataille, Tom ayant ni la volonté ni l’inclination à résister à une telle charmante créature comme celle-ci.

“Me fais-tu confiance Thomas, assez pour faire quelque chose si je Elle lui a demandé doucement.

“Bien sûr que je le fais Samantha, que veux-tu ?” a déclaré.

“Déshabille-toi pour moi, s’il te plaît, et couche-toi sur le lit !” la voix tremblante légèrement lorsqu’elle donne les instructions.

Tom n’a pas du tout été surpris par cette demande, compte tenu de ce qui venait de se passer entre eux, et a commencé à de réaliser lentement son souhait.

Sam a soulevé la robe transparente qu’elle portait au-dessus de sa tête en le pliant et en le pressant bien, elle l’a posé sur la chaise à côté du mur. Tom était satisfait de son apparence ; elle était un peu plus mince qu’il ne l’imaginait, ce qui a fait paraître ses seins si volumineux, alors qu’ils n’étaient énorme.

Ses sous-vêtements étaient rouge vif, leurs brocart exquis, sa culotte était haute sur ses hanches et très mince en largeur. Se rétrécissant en un simple brin, qui couvrait à peine les plis de son corps proprement rasé labium.

Ses jambes étaient très fines et bien formées, le halo béant au sommet des cuisses, encadrait la vigoureuse et basse courbe de son ample monticule. Le brave Français a poussé et a soulevé ses seins de façon magnifique, et elle a souri largement quand Tom a donné un sifflet fort comme ses yeux a dévoré son image.

Ses joues rougissaient fortement, tandis que ses yeux s’envolaient vers le le sol à ses pieds, son regard restant enfermé là. Elle s’accrochait lentement les doigts dans le côté de sa culotte abaisser le mince filet de tissu sur son visage des hanches et en les laissant tomber au sol.

Elle était l’art en mouvement, car elle soulevait délicatement chaque talon haut brillant à son tour, sortant du rouge vêtement. Elle a gracieusement plongé les genoux en ramassant la culotte se tenait alors en élargissant légèrement sa position, comme elle a fait tournoyer le vêtement écarlate sur son doigt puis a envoyé il navigue dans la direction de Tom, avec un sourire.

Ils ont atterri à côté de lui et quand il les a pris et a placé le panneau avant sous son nez, un regard de pure L’horreur s’est emparée de son visage. Les joues de son visage furieuse en l’entendant inhaler profondément et gémissent de plaisir.

“Sam, je vais savourer et apprécier le goût de vous”, dit-il avec confiance, en la regardant enlever son soutien-gorge.

Il pouvait la voir frissonner légèrement, car la pleine importation de ses mots l’ont finalement frappée, et il a remarqué la légère sourire en tirant doucement sur les coins de son bouche. Elle s’est approchée de lui avec cette bouche lente et sensuelle grâce à elle, le mouvement de ses hanches une fois de plus ce qui le fait gonfler.

“Au fait, j’adore le gréement en dessous, est-ce local ?” a-t-il demandé.

“Victoria’s Secrets, et je suis très heureux que vous approuviez, je ont dépensé une petite fortune pour leurs produits… ils Je me sens tellement féminine”, dit-elle en souriant.

Il l’a embrassée sur le haut de son monticule proprement rasé juste en dessous de la marine et a senti ses muscles palpiter sous ses lèvres. Il a lentement fait remonter le bout de sa langue vers elle corps, comme ces ongles redoutables traçaient la lumière comme des plumes à l’arrière de sa nuque lui donnant des frissons qui roulent de haut en bas de sa colonne vertébrale.

“Je vais vous demander de faire encore une chose pour moi Thomas… tu veux bien ?”

“Qu’est-ce qu’il y a Sam ?” demanda-t-il.

“J’ai besoin de menotter tes mains à la tête de lit Thomas… s’il vous plaît, dites que vous le ferez !

“Samantha, je n’ai jamais joué de cette façon avant et je suis même pas sûr que cela me plaise”.

Elle s’est agenouillée devant lui et lui a pris la main le placer sur sa poitrine, puis le maintenir a dit : “S’il vous plaît Thomas, je ne vous demanderais pas si ce n’était pas important. Vous me faites confiance, n’est-ce pas ?” Ses yeux étaient douce et pleine d’espoir alors qu’elle le regardait et parlait.

“Ok Sam, je suppose qu’il n’y a pas de mal à cela”, dit-il.

Ses yeux lui ont souri instantanément, et elle l’a écrasé seins contre sa poitrine, ses lèvres se déplaçant pour frôler son légèrement avec ses bras qui lui serrent le cou.

“Je vais avoir besoin de me rafraîchir un peu avant de commencer”, dit-il lui a dit.

En lui souriant, visiblement ravie, elle lui a dit : “Tout dont vous aurez besoin est par cette porte sur leur Tom,” indiquant l’emplacement de son bain.

Elle s’est allongée sur le lit pour l’attendre, l’attente s’élevant en tandem avec son pouls, son corps déjà chaud avec son besoin de séduction de sa chair.

Lorsque Tom est retourné dans la chambre de Samantha, il a trouvé son allonge sur le lit, ses pieds sur le sol, son l’esprit perdu dans une rêverie. Il s’est arrêté, prenant un moment pour boire dans les courbes attrayantes de sa forme délicate.

Ses épaules étaient fortes, ses seins magnifiques formée et solide, sa taille est extrêmement fine. Son l’os pubien s’est élevé de façon proéminente à partir de l’abdomen plat, son plis extérieurs pleins et arrondis. Elle était belle pour un femme de tout âge et qui est superbe en talons hauts seulement.

Alors qu’elle était allongée là, elle savait qu’il lui donnait la elle savait qu’il était complètement nu maintenant. Elle a senti son désir d’enfoncer sa langue dans le pli humide entre ses jambes et souriait, elle adorait l’impatience elle a senti en lui.

“Je savais que tu me faisais la taille de mes fesses quand nous avons quitté le café Tom, et j’ai senti que vous aimiez le lay de ma robe entre mes jambes dans la voiture. Je sais que vous êtes nue maintenant sans regarder et je connais ton envie de me faire la langue”.

“Ok Samantha, tu es très perspicace, mais j’ai cru comprendre cela”, a-t-il répondu.

“J’ai besoin de toi Thomas, viens s’il te plaît !”

Il franchit la courte distance qui les sépare de son doigt a trouvé là le chemin de la montée de son tertre. Il s’agenouillait entre ses jambes, embrassait le sommet de son apex puis il a légèrement enfoncé ses dents dans la la chair qu’il y a trouvée.

Samantha soupira en sentant la chaleur de son visage contre le bas de son corps, et n’a que légèrement reculé à la marque légère de ses dents sur son tertre. Elle pourrait sentir sa pulsion, c’était comme celle d’un animal, enragé et indiscipliné, il était fort et dangereux mais possédait les douces émotions d’un jeune garçon. “C’est ainsi que elle vous a brisé le cœur, pensait-elle.”

Perdue dans ses glanages intuitifs, Sam a été prise garde alors que la langue de Tom passait sur son clitoris, elle à la surprise générale, son corps s’élève brusquement vers son visage. Il s’est déplacé vers le bas alors qu’elle se levait et s’empalait elle avec ses muscles forts et chauds.

Elle a été instantanément inondée de plaisir lorsqu’il a commencé à le faire entrer et sortir rapidement de son ouverture étroite.

“Non, arrêtez, s’il vous plaît Tom, pas comme ça… s’il vous plaît, arrêtez maintenant !” siffla-t-elle avec force. Mais Tom n’était pas d’humeur à être nié et ses mains entouraient ses poignets comme une paire de menottes en fer qui la retiennent au lit. Il a fouetté son clitoris tremblant à nouveau, a senti un tremblement se propager à travers son corps, et a entendu son souffle avec le choc de sa sensation.

Elle s’est brisée sur le côté en s’éloignant de lui et a encore, ses seins se déchaînent et son corps est rongé par frissons. “Je suis désolé Tom… s’il te plaît, tu auras ce que tu mais pas comme ça. S’il vous plaît, allongez-vous maintenant et laissez-moi Je vous menotte !”, supplia-t-elle d’un ton tremblant.

Tom était un peu choqué par sa manœuvre mais n’était pas sur le point de faire des histoires “après tout”, il avait un peu bougé soudainement sur elle. Il s’est allongé et elle a enveloppé le des menottes en nylon souple autour de son poignet, ” *il*, pas sauvage sur le sentiment qu’elle suscite”.

Samantha a alors passé sa jambe par-dessus lui et l’a fait descendre des plis brûlants à quelques centimètres de son flanc virilité, son regard presque attachant comme ses yeux amoureux passait sur la forme de son captif lié et impuissant. Il ne se débattait pas ; il le voulait autant qu’elle voulait passer à l’intérieur la chaleur séduisante de ses plis d’emprise.

Son sourire était narquois, tandis que son corps bougeait légèrement contre la masse de dureté vacillante entre ses jambes. Tom s’est cambré vers le haut, conduisant avec force sa virilité contre le clitoris de Sam, en l’écrasant sévèrement contre l’os de sa crevasse.

Elle s’est figée, la tête rejetée en arrière, les yeux serrés s’est fermée en tremblant sous l’impact envahissant de son poussée. Elle a ouvert les yeux de leur plâtre maintenant furieux, et l’a giflé sur la joue.

Ses yeux se sont arrêtés sur la sienne, et ont pénétré son âme en inscrivant le message de sa colère au cœur de son le feu. Il se rebella à nouveau, plus fort cette fois ; de nouveau, elle sursauta en frissonnant fortement avec l’inattendu l’invasion de son labium et le frisson de la précipitation clitoris.

Smack ! L’impact retentissant de sa paume était comme le de la fente d’un fusil, car elle remplissait l’espace autour d’eux. “Pas sans ma permission”, murmura-t-elle, les paillettes de ses yeux qui dansent malicieusement, tandis que son regard vagabonde sur son visage en mesurant l’humeur de ses yeux.

Elle a soulevé la masse brûlante de sa chaleur pour l’éloigner de son organe sensible, lui enlevant la tentation de lui désobéir à nouveau. Puis elle embrassa doucement ses lèvres comme il a tiré sur ses liens.

“Salope qui se moque des bites !”, il lui grogna dessus.

“Oui… mais ta chienne maintenant Thomas, et malgré ta colère momentanée, vous allez être très heureux que je le sois”, a-t-elle voix étonnamment douce et apaisante avec elle réponse.

Avec un sourire narquois sur le visage, elle a baissé la bouche à sa joue, où sa langue acérée et chaude a tracé la la longueur de la ligne de sa mâchoire, puis, presque tendrement, a embrassé le rouge piquant de sa joue.

La timidité retirée de l’homme gracieusement raffiné femme avec laquelle il avait pris le thé, à sa place était une animal en chaleur, poussé par la chimie sauvage de son l’appel de l’accouplement saisonnier. Il ne l’a pas comprise, et n’était pas sûr de le vouloir… mais mon Dieu, comme il le voulait de la ravir à ce moment et de marteler ce sourire Souriez à la soumission totale !

“Tu me veux Thomas ?” ronronna-t-elle à son oreille.

“Avant d’en avoir fini avec toi, je souhaiterais ne jamais a commencé !!” sifflait-il avec colère, ses yeux l’ébouillantant comme ils se sont installés sur son visage.

Samantha ricana légèrement, sa réponse lui disant qu’elle était satisfait de sa réponse, mais il n’a pas comprendre exactement pourquoi.

“vont être rudes avec moi Thomas, me battre jusqu’à ce que je me couche sous toi, insensée et gémissante, hors de ma tête avec passion pour toi, mon amour”, se moquait-elle.

“Pute, tu me supplieras pour ce qu’il y a entre mes jambes avant Je te baise la cervelle dans ton crâne, tu te moques salope !” il a craché.

“Oui Thomas, ta salope taquine, pute, mais tu veux que je N’es-tu pas mon amour ?”, dit-elle en riant.

Se penchant sur lui, Sam l’embrassa légèrement, déclenchant une série de courts mouvements énergiques contre son dureté de son corps inférieur, ce qui lui a fait se voûte et crie contre elle. Puis elle s’est arrêtée et l’a embrassé à nouveau.

“Finis-en, bon sang !” Il a hurlé.

“Non… pas encore, tu n’es pas prêt”, dit-elle doucement. Elle se déplaçait sur le côté en regardant sa virilité rageuse, un sourire sur ses lèvres bien dessinées.

Il s’est efforcé de la voir maintenant, ses yeux pétillants malicieusement, ses cheveux blonds clairs perdent et libèrent sur son cou et ses épaules. Sam a baissé la bouche pour sa masse chancelante et a à peine ratissé la tête de son d’organe légèrement avec ses dents.

“Dois-je l’embrasser Tom, te laisseras-tu aller et seras-tu gentil si je faire ?”, se moquait-elle.

Sachant qu’il ne pouvait pas se fier à sa propre civilité, il se contentait de gémir !

Sa sensation suivante fut celle de la soie chaude et humide, enveloppant autour de la tête de sa masse et tournant lentement en rond. Son feu fit à nouveau rage et ses os tremblèrent, comme la douce, Le velours lisse de sa bouche engloutissait son bâton enragé.

Elle avait pivoté et chevauché ses jambes sans jamais relâcher sa bouche était céleste lorsqu’elle le travaillait et de sa cavité molle. Elle fredonnait avec tact alors qu’elle l’a travaillé, l’ondulation vibratoire de son inflexion explosant en minuscules gouttelettes de plaisir partout dans son corps et esprit.

De plus en plus profondément, elle s’est enfoncée, quand enfin son nez a heurté l’os dur de son pubis, le rugissement de Tom Le plaisir a traversé la pièce. Et tandis qu’il ne le voyait pas, il savait qu’elle riait intérieurement comme une écolière idiote.

Il regarda attentivement l’anneau écarlate de ses lèvres s’élevait lentement sur son arbre. Et la sentit délibérément traînant ses dents contre le dessous de son l’homme torturé, envoyant son corps dans un autre une crise spastique.

“Putain Samantha, t’es trop !” grogna-t-il. avec acharnement.

Elle plongea à nouveau, la douce et chaude obscurité, de son bouche ; en se cognant le nez à la base une fois de plus. Ses yeux a tenu le sien pendant qu’elle s’arrêtait à la base et avalait, son les muscles de la gorge qui lui serrent délicieusement la queue ! Envoi Tom en état de choc, et “encore” sa voix tonitruante autour d’eux tandis que des jurons colorés volaient partout, et une fois de plus, il savait qu’elle riait.

Sam lui a complètement retiré la bouche de Tom engorgé et s’est déplacé vers le haut de son corps assez loin pour se pencher et embrasser sa bouche ; elle était très bonne dans cette partie aussi. Elle a tracé la surface de ses lèvres avec le bout de son langue et l’a remis en place.

“As-tu apprécié ce Thomas ?” jouait-elle.

“Immensément”, lui dit-il, lui ayant enfin “pardonné”. pour l’avoir giflé, sa tendresse ayant déjà a désarmé sa chaude colère.

Elle s’est élevée au-dessus de lui, puis s’est mise à avec sa main et a aligné la masse de sa tête contre les lèvres gonflées de son passage. Elle s’est déplacée vers le bas contre il se taquinait alors que son bâton passait sur sa poitrine.

Encore et encore, elle se balançait les hanches contre le l’insupportable douceur de sa dureté, son souffle s’échappant dans de petites bouffées de musique érotique, alors qu’elle a écrasé son bourgeon contre lui de manière flagrante. Tom a poussé fort contre elle, “en la faisant haleter bruyamment” et a lancé une série de courtes poussées contre sa crevasse qui a bercé sa passion.

“Oh Thomas, c’est trop urgent ! Sais-tu seulement ce que Elle roucoulait doucement.

Il sourit à sa plainte en comprenant son dilemme, “Libère mes mains Sam, tu vas en avoir besoin”, a-t-il dit elle.

“Oui mon amour”, dit-elle avec un sourire complice, en regardant directement dans ses yeux alors qu’elle détachait le velcro des sangles. De ses lèvres galbées, un doux flot de douceur, des compliments séduisants ont coulé à flots, qui ont caressé son ego et se moquait de sa chair tendue.

Elle a pris ses lèvres, et a pillé sa bouche, son urgence lui faisant plaisir, alors qu’elle continuait à balancer ses hanches contre sa bite. Les sons doux qui émanent de sa gorge comme elle l’a embrassé, l’appelant doucement à son bouillonnement la passion !

“Porte-le à ma bouche, Sam !”

Elle s’est instantanément mise en conformité, en se dandinant dans son corps jusqu’à ce que ses lèvres humides et gonflées lui cognent la bouche. Tom a glissé sa langue entre ses plis et l’a fait glisser clitoris frémissant alors que ses mains serraient les joues dures de son cul !

“S’il te plaît… s’il te plaît, fais-moi jouir Tom… ça a été trop long !” Elle halète intensément.

“J’aime une fille prête à supplier pour ce qu’elle veut… seules les meilleures salopes le font Sam !!”, dit-il en riant.

“Oui bâtard… Je serai ta salope et plus encore s’il te plaît. toi, mais aide-moi à atteindre l’orgasme !!” a-t-elle plaidé sincèrement.

Il l’a giflée avant de la plonger violemment ; sa langue était comme un fouet infatigable sur son clitoris et lèvres. Sam a commencé à gémir et à faire tourner ses hanches contre ses sa bouche ses doigts serrant les cheveux de sa tête étroitement.

“Tu es une salope impatiente… n’est-ce pas Sam ?”

“Oui monsieur… Je suis désolée monsieur, vous déplaît-il de Elle a demandé poliment, sachant que même si elle a demandé qu’il se réjouisse de son impatience.

Tom n’a pas répondu, mais il l’a rapidement tabassée Il s’est mis à cligner des yeux, puis l’a aspiré dans sa bouche. Il qui se grattait si lentement sur sa longueur avec ses dents alors que le corps de Samantha se tordait et se balançait dans un danse de la luxure torride au-dessus de lui !

“Oh mon Dieu… Oh mon Dieu… Oh mon Dieu Tom, s’il te plaît !”

“S’il te plaît, quelle petite salope en chaleur ?” se moquait-il impoliment.

“Oh mon dieu… J’ai besoin de… t… t ! !” elle se glissa dans un un gémissement continu à ce moment-là.

Tom sourit ; il savait déjà ce qu’elle avait en tête.

Alors qu’elle abaissait son fourreau sur lui, elle baignait son dureté avec son excitation délicatement parfumée, son cœur sautant à l’intérieur au son de l’accouplement l’appel, le profond gémissement tonitruant qui a enflammé son esprit et a fait vibrer son cœur !

Sam s’est perdue à ce moment dans l’intense sensation de sa dureté remplissant son corps. Il y avait rien de plus dans sa conscience que le son et de le sentir comme il se trouvait sous elle. Le jeu avait a trop bien fonctionné et elle était à la limite de l’oubli prêt à tomber en chute libre dans un bassin de plaisir l’anonymat.

Elle a senti la tête de son organe chaud cogner l’entrée de son utérus et a commencé à trembler. Ses yeux étaient fermés de l’Europe, alors qu’elle commençait à se balancer contre le dureté sous elle, elle pouvait sentir le parfum de sa propre l’excitation monte jusqu’à ses narines et sait qu’elle coule contre lui à profusion. Mais elle n’avait pas honte, elle était chienne s’accouplant avec son amant à l’appel des saisons et elle ne se souciait pas de son apparence ou de la façon dont elle l’odeur ; tout ce qui comptait, c’était l’explosion imminente de la joie, mais pas encore.

Son souffle est venu dans une série de courts halètements passionnés, alors que sa dureté de pillage la transperçait sauvagement la conscience qui remue le centre même de ses cœurs les émotions. Il a martelé la douce douceur de sa nappe s’ouvre, bougeant son corps comme une poupée de chiffon molle avec le la force rageuse de ses poussées.

Elle s’est mordu la lèvre, alors qu’elle tentait désespérément de supprimer une pleurer, sachant qu’aucune réponse ne serait donnée.

“Thomas, c’est le moment !” murmure-t-elle d’une voix pressante au-dessus lui.

“S-h-h-h-h…non mon amour pas encore”, lui dit-il en s’est à nouveau cambré en s’enfouissant profondément dans son corps une fois plus.

Elle gémit alors qu’il frappe à nouveau son clitoris, de son corps dans le besoin avec une nouvelle vague de plaisir. Elle ne savait pas combien elle pouvait encore de l’époque, ses plis créatifs pleuraient abondamment ses tétons brûlants et prêts à exploser… sûrement qu’il essayait délibérément de la rendre folle.

“Laisse-moi te jouir, salaud !” Elle lui a finalement crié dessus.

Sa protestation l’a rempli d’une joie profonde, car il savait qu’il avait bien fait son travail avec elle… il savait maintenant elle serait satisfaite de sa libération.

Tom a ressenti les premières secousses de son passage autour son arbre alors qu’elle se mettait à gémir doucement au-dessus de lui. Il l’a frappée de toutes ses forces en se cambrant contre le lit, ses mains prenant possession des deux seins comme elle est venue. Il a serré fort et elle a crié avec le le son le plus pitoyable qu’il ait jamais entendu en tant que son corps entier a tremblé.

Elle le suppliait d’en faire plus alors qu’il lui martelait sa forme ; la beauté de son besoin débridé remplace maintenant cette élégance réservée qu’il avait trouvée si attirante plus tôt. Tom a fait irruption à l’intérieur de cette belle femme le la chaleur de sa graine remplissant toutes les crevasses possibles corps alors que ses mains couvraient les siennes à la hauteur de ses seins et a caressé sa peau à cet endroit. Elle l’a aidé à se vider avec le mouvement de ses hanches alors qu’elle caressait sa bite traire jusqu’à la dernière goutte de son fluide corporel.

Il a trouvé ses yeux comme les derniers tremblements de sa libération a résonné dans tout son corps et a été témoin de la la transformation d’un besoin intense à l’achèvement l’épanouissement. Il y voyait la douceur de sa nature alors que son esprit faisait la paix avec sa chair et se perfectionnait L’équilibre a été rétabli dans son caractère.

Lorsqu’ils ont terminé, elle a placé ses mains à côté de sa tête paume sur les draps et s’est penché pour lui donner un baiser. Il était profond et doux et elle s’y attarda pendant un certain temps avant de rouler à ses côtés et de se reposer comme le plus près possible de lui.

Ils se sont endormis avec son bras en travers de sa poitrine et son jambe sur le haut de sa cuisse, sa tête reposant sur sa l’épaule. C’était le repos le plus doux qu’il ait jamais connu.

**

Lorsque Tom s’est réveillé, la pièce était sombre et il était seul dans la lit, ses yeux ont exploré la pièce à la recherche de Sam et c’est là qu’il a remarqué que les portes du pont étaient ouvertes.

Elle se tenait sur le pont, appuyée sur le rail, la la brise du soir, qui jette de façon ludique les fils légers de ses cheveux soyeux. Tom se tenait à l’entrée et observait le doux sort du doux clair de lune qui l’entoure, qui recouvre son corps de la teinte de sa douce couleur elle apparaît très sexy dans la lueur séduisante de sa lumière.

De dos, il a observé la beauté de sa forme dans le lumière voir à travers la robe qu’elle portait comme la brise du soir l’a enfoncé dans les plis de son merveilleux cul et l’a enroulé autour de ses courbes fines et élancées cuisses.

“N’est-ce pas magnifique ?” chuchota-t-elle doucement.

Oui Sam, c’est un cadre parfait avec toi debout sous la lune et les étoiles à peine couvertes comme vous sont”, a-t-il répondu en se rapprochant d’elle.

“Ta place est ici Tom, avec moi, c’est ici que tu étais a toujours voulu être”, soupire-t-elle.

“Je connais Sam”, répondit-il en pressant sa bite dans la crevasse de son cul.

Samantha se recula et fit tourner son derrière lentement, qui s’oppose à la masse croissante de sa virilité “Will tu m’emmènes ici amant sous les étoiles et la lune, sous les yeux de Dieu lui-même ? demanda-t-elle doucement.

“Si tu es agréable, ma chère”, lui dit-il.

“Comme tu le sais déjà mon amant, je suis très agréable où vous vous inquiétez”, a-t-elle gloussé.

Il lui a donné une claque sur les fesses, le crack de cette douce musique pour ses oreilles, elle a secoué brusquement la piqûre mortelle de ses Baiser ! A peine le son avait-il disparu, que sa main s’est relevé pour un nouveau coup, encore et encore, son Les mains sont tombées sur ses joues tremblantes.

“Il est temps que tu découvres qui te possède maintenant Sam !!”, grogna-t-il.

C’était un chien implacable avec sa discipline, continuant à froid jusqu’à ce que ses sanglots remplissent l’air autour les. Son visage s’est déformé en un hideux masque de joie sadique sous la lumière froide d’une lune d’amoureux ; ses mains ont alors déchiqueté la chaleur brûlante et douloureuse les joues.

Elle gémissait alors que sa luxure s’élevait à nouveau dans son corps avec le le contact de ces mains chaudes et fortes sur son cul.

Elle se secouait à chaque mouvement douloureux de ses mains son des larmes coulent librement sur les joues de son visage les jambes qui tremblent… les plis de sa chatte qui dégouline de l’humidité. Avec les deux mains sur ses hanches, il a tiré en arrière et a bloqué fermement son muscle douloureux dans la de son cul, forçant un halètement entre ces ses belles lèvres bien dessinées.

“Oh bébé, comment le sais-tu ?” murmura-t-elle. l’épaule.

“Tu n’es pas si difficile à lire, ma chérie”, a-t-il dit elle.

“Comment vas-tu punir ta salope, mon Seigneur ?” gémit-elle.

“Comme il me plaît, putain, et ce soir, c’est ton cul me plaît sorcière. Maintenant, lâche ta main pour taquiner ta chatte avec, pendant que je me satisfais de la brûlure passage de ton cul”, a-t-il ordonné.

Sam se pencha sur la rampe et commença à jouer avec elle-même comme il l’avait demandé, heureux d’être dominé par lui à dernier.

“Je ne te laisserai pas jouir tant que je ne l’aurai pas fait”, murmura-t-elle l’air de la nuit, alors qu’elle le sentait faire glisser la robe autour de ses hanches.

Furieux, il grogna sauvagement en plongeant sa dureté rapidement dans l’ouverture serrée de son cul chaud. Sam’s L’attention a été temporairement mise de côté lorsque l’invasion rapide de son cul a pris le devant de la scène de toutes ses pensées.

“Qu’est-ce que ça fait, putain ?”, cracha-t-il.

Sam n’a pas répondu, bien sûr, elle se sentait sale par raison de son traitement et de son discours grossier… et elle a aimé ce qu’elle ressentait.

Elle a adoré l’usage brutal qu’il a fait d’elle, à chaque coup de queue, sa luxure s’est intensifiée et son Le corps était rongé par un plaisir indescriptible. Il a pris les longues mèches de ses cheveux dans sa main et a tenu Elle est étroitement liée à lui, comme si elle pouvait être aux commandes de un cheval dont il dirigeait le chemin.

Il ralentit alors, la remplissant de toute la longueur de son dureté et en s’arrêtant complètement dans son passage à fléchir sa dureté en elle. Sa main libre était sinistre contre ses seins lui donnant encore plus de douleur pour se mêler à son plaisir alors qu’il l’utilisait impitoyablement.

“Ma salope a un beau cul”, a-t-il déclaré.

“Et mon Seigneur sait comment lui faire plaisir”, elle a répondu.

Samantha a fléchi son cul contre son arbre de repos et l’a entendu gémir derrière elle. Elle a alors commencé une lente mouvement de torsion vers l’avant sur sa queue en flexion par intermittence, puis, tout aussi lentement, elle s’est déplacée dans la direction opposée jusqu’à ce que sa bite soit complètement assis dans son cul à nouveau.

“Mon Dieu, tu te sens incroyablement amoureuse !!” murmura-t-elle en devant lui.

Sam a commencé un mouvement de haut en bas bien dosé avec son fond, conçu pour le pomper rapidement dans et hors d’elle l’ouverture et lui permettre de contrôler la vitesse. Son amant a tiré fort sur l’épaisse tresse de cheveux sauvages qu’il tenait à la main dessinant son corps contre le sien et conduisant une fois de plus sa bite entièrement dans son ouverture.

“Bâtard, ne me fais pas encore jouir”, lui répondit-elle en sifflant lui.

“Tu jouiras comme il me plaira ma belle pute… et tu vas adorer cette salope”, a-t-il répondu en grognant.

Avec chaque déclaration effrontée de sa part, elle n’a qu’à a augmenté et sa chatte est devenue encore plus chaude. Elle… le baise aussi vite qu’elle le peut, comme si elle avait besoin de une pute nymphomane qui ne pouvait pas attendre de descendre.

Elle a failli jouir quand elle a senti le coup cinglant de son paume contre la joue de son cul ; du liquide suintait d’elle fente comme jamais auparavant. Elle a capturé un petit bassin de la substance dans sa paume, l’a élevée à son arbre pour lubrifier et frissonnait lorsque sa main touchait le chaud la chair de sa bite.

“Tu aimes être ma salope de cul, n’est-ce pas Sam ?” se moquait-il.

“Oui mon Seigneur… Je suis heureux d’être ce qui te fait Heureux Tom”, gémit-elle.

Son corps a commencé un mouvement de martèlement frénétique d’entrée et de sortie de son minuscule cul alors que ses doigts lui tordait les tétons douloureusement. Elle se mit à gémir devant les étoiles et la lune, un chanson de sa libération alors que la bite de son amant la ravissait un cul serré et chaud.

Elle l’a senti se développer en elle comme le tout premier les tremblements de son orgasme ont secoué son passage vaginal, le le plaisir de la faire passer du balcon à un endroit quelque part dans les cieux.

Elle a crié alors qu’elle sentait la première charge brûlante de son cum la remplir et la conduire immédiatement dans un autre l’orgasme difficile.

Elle l’a supplié de ne pas s’arrêter, l’a supplié de la ravir encore plus fort avec sa grosse bite sauvage. Elle a parlé de belles choses pour lui alors qu’elle venait avec sa bite en elle, des choses qu’aucune autre femme ne lui avait jamais dites avant.

Lorsque le dernier jet de son sperme l’a remplie, il a fait une pause avec sa bite entièrement insérée dans son cul bien lubrifié et Il a souri, car il la sentait encore se frotter faiblement à son corps. Lorsqu’il a lentement glissé hors de son corps, elle a gémi et s’est effondrée sur ses genoux à côté du pont et frissonnait en s’agenouillant devant lui.

Enfin, elle s’est relevée de façon instable du sol de la s’est tourné vers lui, puis s’est allongé sur son sur la pointe des pieds pour embrasser ses lèvres. Tom a placé ses bras bas autour de sa taille et l’a doucement rapprochée de lui comme ils se sont couchés sous ces lumières célestes.

“J’aurai mal demain”, murmura-t-elle en plaçant sa joue contre sa poitrine.

Tom a placé ses doigts sous son menton et l’a soulevée les yeux sur les siens ; ils étaient paisibles et adorateurs alors qu’il l’embrassait légèrement sur les lèvres.

“Je pense que je suis peut-être amoureuse de toi Tom !” dit-elle alors qu’il a regardé dans les yeux.

“Bien, parce que je suis certainement bien pris avec vous Samantha”, lui dit-il.

“On dit, ma chère, que l’amour n’observe qu’une seule règle, la volonté de le rendre, et ne respecte aucune saison, sauver celui du cœur qui veut bien.

“Es-tu prêt, Tom ?”

“Oui”, sa simple réponse.

“Veux-tu passer la nuit avec moi Tom ?” lui demanda-t-elle.

Tom a bien passé la nuit avec elle, ainsi que les autres de sa vie. Les deux sont devenus inséparables, dans un amour qui s’est étendue au-delà de leur convoitise mutuelle pour chaque autres dans de nombreux autres domaines de la vie commune expérimentés ensemble.

cam sex de femme nue chaude 04